27/10/2003

le loup garou

Cette nuit la, c’était la pleine lune, j’étais en train de travailler sur mon pc, tout en écoutant de la musique, et pour je ne sais pas quelle raison ou plutôt, comme si quelque chose de mystérieux, m’appelait, je n’ai pas pris le temps de m’habiller, ainsi je me retrouvai un lundi, 14 avril 2003 à 02 : 30 au beau milieu de la rue, habillé en pyjama.

Aussi bizarre, que ça puisse l’être, je ne savais pas où, je me dirigeais, j’avais comme l’impression que mes jambes ne me répondaient pas, mais il avait aussi une autre chose encore plus bizarre, c’était cette voix de femme, qui résonnait au fond de ma tête, une voix si mélodieuse, si sensible, que je n’ai pas prêté aucune résistance que ce soit, cette voix, que se faisait de plus en plus s’entendre.

Ce fut, alors que j’ai compris, que je me dirigeais vers le cimetière, et je ne sais pas pour quelle raison, je me suis mis à paniquer, et à crier de toutes mes forces, mais aucun son, ne sortît de ma bouche, il avait seulement cette voix, que plus je m’approchais du cimetière, plus elle devenait intense, et je trouvais, qu’elle n’était plus mélodieuse, et que ça semblait même à des lamentations, entre deux il avait des cris comme des appels au secours, je ne sais pas, par quelle force, je me mît à marcher vite, et après même à courir en direction du cimetière, mais ça me faisait vraiment drôle, car face à ce courage, il se mélangeait une énorme crainte, une énorme peur de l’inconnue, car je ne savais ce qu’il m’attendait.

Plus je m’approchais, plus j’avais le cœur qui battait fort, si fort que j’avais peur qu’on m’entende. Mes pas, commençait à se ralentir et c’est même la, que je me suis aperçut que j’avais regagné le contrôle de mes deux jambes, bien sûr, je pouvais faire demi-tour, mais je ne fît pas, je prît mon courage à deux mains et je poussa la porte du cimetière et elle s’ouvrît.

Je restai planté devant l’entrée, et après deux minutes, je me décida, à m’en engager au milieu de toutes ces tombes, d’où sortait une légère fumé, comme si les morts respiraient toujours, lorsqu’au loin j’ai crût, apercevoir une ombre de quelqu’un ou de quelque chose qui marchait d’un pas léger, si léger, que j’ai voulut crier aussi fort, que je le pouvais, mais n’étant pas sur, je continua à la suivre, et tout d’un coup elle s’arrêta, cette forme n’était autre, que celle d’une jeune femme, âgée à peu près, de seulement 22 ans, assez grande, très belle femme, avec des formes plutôt agréables, portant sur elle, qu’une simple robe de nuit en soie, elle me paraissait très sereine.

J’ai commencé à prendre appui, pour me relever, quand tout d’un coup, j’ai pu remarquer, l’expression de la jeune femme se changer, comme si elle venait de voir un fantôme, mais lorsque, je regarda vers la même direction, ce fut avec horreur que j’ai pu m’apercevoir, que ce n’était pas un fantôme, mais bien une créature, cette créature avait la forme à moitié humaine, et l’autre moitié, celle d’un loup, ma frayeur fût telle, que je me mordit ma main pour ne pas crier.

Cet animal, que d’après ces légendes qu’on nous racontait, lorsqu’on était encore enfant, on le nommait de loup-garou.

Il commença à s’avancer vers la fille, et elle, restait la immobile comme si elle, était hypnotisé.

La fille je ne sais pas pour quelle raison fît tomber sa robe de nuit, et ont pût apercevoir sa peau d’un teint si blanc, et commença elle aussi à s’avancer vers cette créature.

Et ce fût ainsi, que j’ai assisté un spectacle, à la fois terrifiant et à la fois extraordinaire, car la femme et le loup-garou, se sont mis à s’entrelacer, et on pouvait entendre les gémissements rauques de la bête.

Plus ils, faisaient l’amour, plus ça devenait bestial, si bestial que j’ai remarqué que la jeune femme commençait à saigner, et pour je ne sais pas quelle raison, j’ai pris un caillou qu’avait une forme assez aiguisé, sous mes pieds, et d’un courage Herculéen, fît un bond vers cette créature qu’avait enlevé la virginité de cette jeune femme, et sans qu’il aille le temps de comprendre je me suis mis à le frapper de toutes mes forces, encore, encore et encore jusqu’à ce que j’entende son crâne se briser.

Je resta assis, je pense au moins dix minutes au pré du cadavre du loup-garou gisant par terre, lorsque je commençais à retrouver un peu mes esprits, je me dirigea vers la fille, lorsque tout d’un coup, je sentît comme des griffes qui rentrait dans ma chair, la douleur était telle que je tomba par terre.

Je n’osa pas regarder tout de suite, mais je sentais une haleine au-dessus de ma tête, que d’ailleurs je me disais que s’en était fini pour moi, mais rien ne se passa, donc je décidais de me retourner et c’est ainsi que je me retrouvais, parmis la jeune femme qui me semblais être en bonne santé et plus de tout terrorisé et le loup-garou qui m’observaient, et je ne sais pas pour quelle raison je me suis prît de pitié pour lui, après ça ils firent demi-tour et partirent je ne sais pas où.

Quant à moi ?…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FIN


10:16 Écrit par dragonflame | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Bonne continuation Salut,
C'est plutôt sympa à lire même s'il y a quelques flou dans le récit. Bonne continuation en tout cas!

Écrit par : chichi | 27/10/2003

. hmm c bo :)

Écrit par : properine | 27/10/2003

un grand merci merci pour vous appreciations,aussi si vous voyez des ameliorations à refaire,surtout n'hezitez pas,donnez moi vous idees

Écrit par : dragonflame | 27/10/2003

... comme dit chichi c'est vrai qu'il y a quelques choses que je ne comprends pas... (comme la fin...) mais c'est tellement bien écrit et l'histoire est tellement bien que je m'en fiche !! :D

Écrit par : jeanne | 15/05/2005

Les commentaires sont fermés.